Vendredi 28 Avril 2017

Je viens d'Alep. Itinéraire d'un réfugié ordinaire

Par Joude Jassouma et Laurence de Cambronne.



Juin 2015, Alep sombre dans le chaos. Comme des centaines de milliers de civils, Joude Jassouma décide de fuir avec sa femme Aya et leur petite fille Zaine. 

Depuis trois ans, la Syrie a basculé dans la guerre civile. Les affrontements entre l'armée de Bachar al-Assad et les forces rebelles emmenées par les djihadistes du Front al-Nosra et de l'État islamique deviennent quotidiens. Joude, jeune professeur de français au lycée, refuse de choisir son camp dans un conflit qui n'est pas le sien. Avec sa famille, il se cache, déménage quatre fois pour éviter les bombardements. Puis se résout à l'exil. 

Des rives du Levant aux côtes bretonnes, en passant par Istanbul et les camps de refugiés de l'île de Leros, ce livre raconte l'exode d'un enfant des quartiers pauvres d'Alep, amoureux de Flaubert et d'Éluard. L'odyssée d'un héros anonyme qui, au péril de sa vie, a traversé la mer Égée à bord d'un canot en plastique en quête d'une terre d'asile. 

Pour la première fois, la plus importante crise migratoire depuis la Seconde Guerre mondiale nous est racontée de l'intérieur, à travers le regard d'un réfugié ordinaire.

Si vous souhaitez vous le procurer cliquez sur le lien ci-dessous :
 
 


Les répliques
 







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Vendredi 26 Mai 2017 - 11:10 Rester fort

Jeudi 25 Mai 2017 - 10:34 Quelle sorte de créature sommes-nous ?

Lundi 22 Mai 2017 - 12:20 Nous (aussi) sommes la nation










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : Le dernier souhait du @gouvernementFR : supprimer le régime de sécurité sociale des étudiants @Jeremy_ADE https://t.co/zco75Blxw7
Mardi 17 Octobre - 17:12
Les répliques : Les femmes qui hésitent à mettre une jupe "dans certains quartiers" c'est "insupportable !" selon @ericbrunet… https://t.co/ALEcOA3tYV
Mardi 17 Octobre - 13:52
Les répliques : #balancetonporc : le hashtag de la discorde #harcelement https://t.co/j5N21aPHf0
Mardi 17 Octobre - 13:15
Les répliques : RT @TraduisonsLes: «Vos 300 morts à Mogadiscio..les 1 enfant sur 5 sous le seuil de pauvreté et vos agressions sexuelles ça va 2 minutes. I…
Mardi 17 Octobre - 11:48




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.