Mardi 31 Octobre 2017

Henda Ayari : les propos contradictoires

Par Rachid Barbouch.



Sortie de l'anonymat, l'ancienne salafiste convertie en écrivaine Henda Ayari mène depuis quelques jours une campagne à travers les médias contre celui qu'elle accuse de viol. Ceux qui ont lu son livre ont pu d'ores et déjà relever un certain nombre de contradictions dans ses propos, ses interviews, qui soulèvent mille et une questions, dont une à laquelle il faudra tenter de répondre : et si Henda Ayari affabulait ?
 




Depuis quelques jours l'écrivaine Henda Ayari est en campagne contre l'islamologue suisse Tariq Ramadan qu'elle accuse de viol, de violences volontaires, d'intimidations et de menaces.
 
Henda Ayari cherche-t-elle à faire pression sur la Justice en médiatisant son affaire à outrance ? 
 
Sillonnant les plateaux de télévisions, multipliant les interviews, Henda Ayari a fini par s'en mêler les pinceaux, trébuchant sur des détails qui mettent en doute ses déclarations.
 



Entre ce qu'elle dit aux journalistes et ce qu'elle a écrit dans son livre "J'ai choisi d'être libre",  les observateurs ont constaté bien des contradictions dans ses propos.

Invitée à s'exprimer sur BFM TV /RMC Info, Henda Ayari a donné quelques détails sur sa rencontre avec le théologien dans la chambre d'hôtel où elle affirme avoir été violé.
 
           " Il avait une assiette de patisseries orientales à la main. Il m'en propose. Donc, moi je lui dis non", confie-elle à la journaliste.
 
   Sauf que dans son livre, elle écrit mot pour mot :
 
            " J'en pris une pour ne pas me montrer impolie, mais j'avais la gorge nouée. Je la gardais bêtement à la main"
 



Deuxième contradiction, elle affirme toujours à la journaliste que Tariq Ramadan après avoir "abusé " d'elle, lui aurait déclaré :
 
            "Tu partiras discrètement après moi.. "
 
   Or dans son livre, elle écrit :
 
             "Il m'obligea à quitter la chambre bien avant lui."

A suivre...

Rachid Barbouch
 







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Jeudi 16 Novembre 2017 - 10:39 Que peut-on encore critiquer ?












Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : .@hugoclement horrifié par un fait divers dramatique au Maroc @FeizaBM https://t.co/mbznmIDx3R
Lundi 20 Novembre - 13:26
Les répliques : Marine Le Pen est "fondamentalement opposée à l'Union Européenne" 🇪🇺 https://t.co/1KGJjsB9df
Lundi 20 Novembre - 12:31
Les répliques : Vif échange entre Yann Moix et Aymeric Caron samedi soir dans @ONPCofficiel https://t.co/hvLB9xatJU
Lundi 20 Novembre - 09:15
Les répliques : Pas de paradis fiscal dans l'Union Européenne selon @pierremoscovici commissaire européen aux Affaires économiques… https://t.co/ibZQDgez9X
Dimanche 19 Novembre - 21:07




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin




 
Nos partenaires