Vendredi 5 Mai 2017

France 2017: une élection de communicants sans vision ?

Par Sélima - The Social Face.



Les élections françaises sont le théâtre d’un échange incessant de répliques ad hominem, et le discours ne relève plus du tout d’une discussion intellectuelle. En effet, bien qu’on entende sur toutes les télévisions que les candidats nous proposent différents modèles de société, on assiste plutôt à une bataille de la communication. Emmanuel Macron va à Whirpool, Marine Le Pen suit et orchestre une parfaite « proximité » des ouvriers. L’un envoie une pique à l’autre par télévisions interposées, l’autre répond par un tweet infantilisant. La désinformation règne en maître dans une atmosphère de perte de confiance vis-à-vis des médias traditionnels, et ce, au profit des réseaux sociaux, notamment Twitter.


Entre les querelles publiques, le citoyen perd pied: quelles sont les véritables propositions des candidats, si ce n’est que d’après leurs détracteurs « Marine Le Pen est une facho anti-européenne » et « Emmanuel Macron un banquier au service du lobbying » ? Peu de gens le savent. Ces élections sonnent creux. On renie avec facilité ses anciens ennemis. Et on ne se cache même plus de copier le discours de ceux qui se sont prononcés contre soi, allant jusqu’à affirmer que c’est « assumé ».
 
Ce mal-être idéologique global qui résume nos élections à un semblant de Mean Girls, est confirmé par l’abstention volontaire et globale de certaines branches politiques. En effet, plus on joue sur des critères personnels voire intimes pour critiquer son adversaire, plus on perd de vue les règles du jeu politique. La démarche démissionnaire de 65% des Insoumis le prouve; le vote du second tour revient à admettre la victoire d’autrui, et à accepter d’être un bon perdant, quelles que soient les raisons de la défaite. Or, cette règle implicite n’est plus acceptée, fût-ce dangereux pour la démocratie.
 
L’ère de l’anti-politique a commencé, faisant ainsi de nous des commentateurs de punchlines à défaut de fond. Les débats ne se font plus autour du fait de croire en un programme ou pas; ils ont laissé place à une nouvelle question: doit-on être contre une proposition de société en évitant le plus grand mal, doit-on être contre une proposition de société en s’abstenant, ou doit-on être contre une proposition de société quitte à tomber dans les facilités xénophobes?

Oui, le débat est nécessaire, oui, la réplique l’est aussi. Mais ceux-ci doivent rester intellectuellement productifs, sinon nos prochains débats télévisés finiront en ego trip -s’ils ne le sont pas déjà.

Sélima
The Social Face

 







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Samedi 23 Septembre 2017 - 18:32 Qui sont les « États voyous » ?

Mercredi 13 Septembre 2017 - 16:46 Fainéants de tous les pays, unissez-vous !

Lundi 11 Septembre 2017 - 19:17 Pour une séparation de l’Etat et du MEDEF










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : .@MLP_officiel s'est expliquée sur son son augmentation en tant que présidente du @FN_officiel https://t.co/PQp8IqMHgt
Samedi 21 Octobre - 11:58
Les répliques : Une marque de protections hygiéniques représente pour la première fois les menstruations avec du rouge plutôt que d… https://t.co/9yGYSzVxXw
Samedi 21 Octobre - 10:37
Les répliques : 571 c'est exactement le nombre de bidonvilles sur tout le territoire français @ArnaudDuranthon https://t.co/ENEkz9YGjC
Samedi 21 Octobre - 09:45
Les répliques : .@gerardcollomb minimise le "sérieux" des membres du groupuscule d'extrême-droite qui préparait plusieurs attentats… https://t.co/6xlkxIbCrq
Vendredi 20 Octobre - 13:40




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.