Menu
Samedi 4 Février 2017

Fillon / Macron / Le Pen : la droite Hermès, chic... mais pas très catholique

Pamphlet par François Serrano.



Hermès, la marque de produits de luxe, est célèbre pour ses cravates et ses foulards carrés qui colorent joliment les salons feutrés des banques d'affaires comme les premiers rangs des paroisses catho les plus prout-prout de nos pittoresques provinces. Hermès, le dieu grec, était lui entre autres choses le patron des voleurs. La 'Droite Tartuffe' aurait aussi pu être une formule pertinente tant l'hypocrisie est grande, mais on ne peut décidément trouver meilleur symbole qu'Hermès pour désigner les coulisses bien peu catholiques de nos 3 grands ténors de la droite actuels (certains pour plus très longtemps)... une fois grattée leur bien mince vernis de respectabilité.


 

Cette invocation à la divinité grecque, c'est bien sûr le doux prénom Penelope de Mme Fillon qui l'inspire. Elle qui a déclaré a tant de reprise à la presse, 'avoir été 35 ans dans l'ombre de son mari', 'qu'elle accompagnait de temps en temps’, ’n’avoir jamais été son assistante’ : pourquoi ne pas avoir alors parlé de son rôle d'attachée parlementaire s'il n'était pas fictif ? Le coup de grâce a été porté cette semaine par Envoyé Spécial, dont le reportage sur Penelope F. fut accablant. L’avocat de Fillon avait une bien triste mine et un bien petit sac à dos lors de son passage récent au Parquet. Mais emploi fictif ou pas, peu importe. Le débat n'est évidemment pas là, et c’est pour cela que le cas de Fillon est perdu d’avance depuis le début.


Il est évident que notre ex-futur président a déjà perdu toute la légitimité et l'autorité morale pour embarquer la France dans son programme de grandes réformes et surtout de sacrifices, dont la mesure phare était (on peut déjà parler au passé) la suppression de 500.000 postes de fonctionnaires. On ne voit plus aussi comment Les Républicains peuvent désormais faire l'économie d’un Plan B, en catastrophe, et on peut volontiers parier quelques soyeuses cravates hors de prix que le coup bas vient de son 'propre' camp, aux mobiles plus qu'évidents pour un tel règlement de compte de pro. Ha on doit bien rigoler (et s’activer) à Neuilly et à Bordeaux , de ces cravates aux airs soudain sinistres de noeuds coulants. Coup bas, mais certainement pas une 'boule puante' comme le prétend Fillon : c'est un véritable coup fatal qui a été porté à sa candidature via notre irrévérencieux, et fort utile comme toujours, volatile enchaîné adoré.


Les 500.000 euros annoncés initialement (désormais portés à la bagatelle d’un million), royalement perçus par Fillon, étaient un clin d'oeil bien ironique au nombre de postes de fonctionnaires qui devaient être sacrifiés sur l'autel de la rigueur libérale filloniste. Une rigueur qui se légitimait par la posture d'irréprochabilité et de probité toute catholique-romaine qu'affichait et répétait Fillon ad nauseam... dont on pouvait ceci dit déjà douter de la part d'un fidèle bras droit du sulfureux Sarkozy pendant 5 ans. Que l'emploi ait été fictif ou pas, l'argument de la légalité invoqué par Fillon pour justifier une telle pratique ne la rend pas moins tout simplement dénué de toute déontologie. La légalité est une chose, l'éthique en est une autre, et les deux ne concordent pas toujours, loin de là, comme c'est tristement le cas ici : réflexion de bon sens que se font une vaste majorité de Français, y compris ceux qui ont voté pour lui à la primaire et qui doivent être bien déprimés. Une pensée charitable pour eux.


Cette légalité toute bananière ne s'explique que par les privilèges exorbitants et anachroniques dont bénéficient encore nos parlementaires, qui 'font ce qu'ils veulent de leur enveloppe' comme il l'a benoitement rappelé la semaine dernière sur TF1 : non pas d'embaucher un assistant parlementaire en soi, ce qui peut se concevoir - dont le salaire moyen tourne d'ailleurs au tiers de ce que percevait grassement Penelope F. - mais de pouvoir employer un membre de sa famille, ce qui est constitutif d'un népotisme caractérisé digne de la France-Afrique. 

 

Imagine-t-on la respectable Yvonne épouse du Grand Charles, invoqué pourtant avec tant d'emphase par Fillon, être pistonnée par son mari pour être à son service aux généreux frais de la République? Une chose est claire, Fillon peut maintenant pleinement se réclamer de Thatcher, dont le fils s'est avéré être un vulgaire petit escroc. En parlant de progéniture chérie - et sans même parler du possible abus de bien social à la Revue des Deux Mondes (titre qui fait bien sourire) pour deux notes de lecture à 50.000 euros l'unité - Fillon a lui-même, prenant sans doute les devants, révélé sur TF1 l'embauche de ces deux fils pour des ‘missions’ lorsqu'il était sénateur. Quelle transparence admirable ! On sait depuis qu’ils n’étaient alors qu’étudiants et avaient été embauchés comme assistants parlementaires, nouveaux mensonges de Cahuzac-Fillon (et encore c’est injuste à l’égard de Cahuzac car lui ne faisait que planquer son pognon à lui, pas celui versé par la République). En tout cas, là où Fillon a dit vrai sur TF1, c'est 'qu'il ne serait pas là où il en est aujourd'hui sans sa femme' : absolument, à savoir dans une belle merde.


Macron quant à lui, candidat du MEDEF qu'on ne peut sérieusement que classer à droite, aurait préparé sa campagne présidentielle en profitant des 'frais de bouche' (belle expression républicaine) mis à sa disposition lorsqu'il était au ministère pour un montant de 120.000 euros, selon le livre-enquête Dans l’enfer de Bercy qui vient de sortir. En comparaison avec son patrimoine, soyons grand prince : c'est de la menue monnaie. L'équivalent de l'euro symbolique que vous et moi laissons à un serveur de café en sus de nos menus frais de bouche à nous, dans nos moments de générosité les plus fous. Peccadille donc, l'épaisseur du trait pour un banquier d'affaires. Beaucoup plus grave est le délit d'abus de bien social politique caractérisé - qualification juridique imaginaire mais qui gagnerait à être codifiée - qu'il a commis en tant que ministre. Au lieu de servir son pays comme c'est le devoir de tout haut fonctionnaire qui se respecte, Macron a dès le premier jour de son mandat instrumentalisé son poste comme tremplin médiatique pour se mettre 'en marche', en marche surtout pour sa propre campagne à lui et son ambition toute personnelle.


Maintenant candidat à la présidentielle, et candidat officiel des médias, il fait jouer à plein son réseau personnel pour orchestrer une hallucinante entreprise de manipulation de l'opinion publique, que toute personne un minimum lucide n'aura pu manquer de constater. On ne peut plus, en effet, parler de journalisme mais véritablement de 'publireportage' pour qualifier la soupe indigeste et quotidienne de propagande éhontée pro-Macron que nous servent la vaste majorité des médias tant privés que publics. Et d'une : ces spots publicitaires à des heures de grande écoute constituent un gigantesque don en nature de la part des dirigeants de tous ces médias, violant ainsi implicitement avec un sourire de premier communiant la réglementation sur les frais de campagne. Et de deux : cela constitue une grave distorsion anti-démocratique du jeu de la concurrence politique : une pétition au CSA pour protester contre cette scandaleuse situation a d'ailleurs été lancée https://www.change.org/p/petition-au-csa-pour-un-arret-des-publireportages-macron.


Mais la palme et le carré soyeux de la tartufferie politique reviennent sans conteste à Marine Le Pen, à la droite de la droite Hermès, qu'on pourra peut-être qualifier pour le coup de Droite Herpes. On sait en effet depuis 2013 que Marine Le Pen se la joue à la Fillon avec son cher et tendre Louis, qu'elle emploie elle aussi grassement au Parlement européen, et on le sait grâce à Mediapart, l'un des rares médias avec le Canard Enchainé a faire encore du journalisme digne de ce nom dans ce pays. Le procès en diffamation contre Médiapart avait été perdu en 2014, fort logiquement puisque la diffamation ne concerne que des fausses informations... or Mediapart ne faisait que dire la pure vérité. 


Ce népotisme, bien lepéniste au sein de la PME Le Pen SAS, a également été légitimé par l'intéressée par sa 'légalité', puisque si le Parlement européen prohibe déjà l'emploi d'un conjoint, nos tourtereaux Marine et Alain pratiquent l'union libre en dehors donc de tout lien contractuel officiel, bien en phase au passage avec le libéralisme sociétal que ce parti dénonce pourtant si souvent. Qui a dit que les frontistes n'avaient pas le sens de l'humour!? C'est bien ce qui s'appelle respecter la lettre mais violer allègrement l'esprit de la loi. Quelle probité exemplaire de la part de cette combattante courageuse sur le front de la petite délinquance ! 


On sait aussi que le Parlement européen réclame à notre Marine nationale la coquette somme de plus de 300.000 euros pour remboursement de la rémunération de deux emplois qui seraient (enquête en cours) fictifs. Doux Jésus, quel comble ! On ne peut qu'ironiser, mais aussi s'indigner, que la candidate qui souhaite tant nous faire sortir de l'Union Européenne au prétexte que Bruxelles serait un nid d'incapables dépensant sans compter l'argent des bons peuples européens, soit le premier à profiter de manière aussi scandaleuse de la générosité du système européen. Ce qui est fascinant et très inquiétant c’est que quelque soient les accusations et les condamnations possibles à l’encontre du Front National et de ses représentants, ses sympathisants avalerons toujours docilement la ligne du parti, à savoir que le FN est l’objet de complots politiques de la part de ses ennemis. Rhétorique tout aussi imparable qu’effrayante, tellement ce renoncement à tout esprit critique est l’expression d’un pur culte du chef inconditionnel caractéristique d’un régime totalitaire.


Ha une bien jolie droite que nous avons, qui à défaut d'être la plus bête du monde est certainement l'une des plus chics mais pas très catholique pour autant : à combien de jours estimez-vous le grand come back surprise, en homme providentiel et relax sans cravate, d'Alain Juppé ? Le scénario est écrit d'avance depuis le début : à moins qu’il ne soit mis en examen avant, encore quelques sondages assassins ces prochains jours qui montreront que les Français désapprouvent la conduite de Fillon, y compris dans son camp, et une fois que la situation sera bien puante une réunion au sommet chez Les Républicains... et la messe d'enterrement de Fillon Président sera vite dite, dans la mesure où il est impossible qu'un candidat désavoué par l'opinion puisse décemment se présenter et faire échouer la victoire annoncée de LR.


Non seulement une deuxième primaire n’est plus possible techniquement, mais elle ne se justifie pas. Lorsque le premier d'une compétition s'avère dopé, c'est le deuxième qui récolte la médaille d'or usurpée. Une règle sportive que le coureur automobile chevronné Fillon risque bien de subir si le politburo des Républicains le disqualifie comme c'est bien prévisible. La bonne nouvelle pour Fillon, car il faut toujours rester positif, c'est qu'il devrait avoir bientôt beaucoup de temps à consacrer à sa si chère famille et à son hobby viril mais pas très écolo. Une bonne nouvelle pour lui. Et pour tous les Français.


François Serrano 
Professionnel de la lutte contre la fraude (Certified Fraud Examiner) 

Pour suivre cet auteur : 

- sur son blog mediapart cliquez ici

- sur sa page facebook cliquez ici.

- sur sa page twitter cliquez ici.





Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Mardi 28 Mars 2017 - 15:06 La république des forbans et des laquais

Mercredi 22 Mars 2017 - 19:43 Trump ou la négation du « melting-pot »


Inscription à la newsletter





Les derniers tweets
Les répliques : .@EmmanuelMacron était présent ce matin au congrès de la #FNSEA @Soul_Brotha https://t.co/es9WKSV1eG
Jeudi 30 Mars - 19:47
Les répliques : Quentin, un lycéen talentueux qualifié de "l.e.c.h.e.c.u.l" par @TPMP @MaximeHaes https://t.co/zBD28lJRlU
Jeudi 30 Mars - 13:38
Les répliques : La réponse d'@EmmanuelMacron au soutien de @manuelvalls @TraduisonsLes https://t.co/mHDN3hcRYB
Jeudi 30 Mars - 10:50
Les répliques : Le lien "maire musulman" et terrorisme selon @AlexDevecchio journaliste au @Le_Figaro @paul_denton https://t.co/iw8jzJa7VP
Jeudi 30 Mars - 09:44
Les répliques : #Valls : où l'on retrouve les «pudeurs de gazelles» par @carolinedehaas https://t.co/KUYh411x63
Mercredi 29 Mars - 21:20
Les répliques : Hier, Penelope #Fillon était mise en examen pour "complicité et recel de détournement de fonds publics" @GDeleur https://t.co/R8kYFs6Jmv
Mercredi 29 Mars - 20:57
Les répliques : Manuel #Valls appelle officiellement à voter Emmanuel #Macron https://t.co/duJOLBCCFd
Mercredi 29 Mars - 10:25
Les répliques : Affaire #Fillon : l'ex président Nicolas Sarkozy réclame le nouveau "J'accuse" @MateuilB https://t.co/oFn9nDE2Sh
Mercredi 29 Mars - 08:46

Rejoignez-vous sur Facebook


Article populaire

Fillon / Macron / Le Pen : la droite Hermès, chic... mais pas très catholique

Pamphlet par François Serrano.

Hermès, la marque de produits de luxe, est célèbre pour ses cravates et ses foulards carrés qui colorent joliment les salons feutrés des banques d'affaires comme les premiers rangs des paroisses catho les plus prout-prout de nos pittoresques provinces. Hermès, le dieu grec, était lui entre autres choses le patron des voleurs. La 'Droite Tartuffe' aurait aussi pu être une formule pertinente tant l'hypocrisie est grande, mais on ne peut décidément trouver meilleur symbole qu'Hermès pour désigner les coulisses bien peu catholiques de nos 3 grands ténors de la droite actuels (certains pour plus très longtemps)... une fois grattée leur bien mince vernis de respectabilité.

Fillon / Macron / Le Pen : la droite Hermès, chic... mais pas très catholique