Mardi 8 Août 2017

Enlever de l'espace public ces sans-abris que je ne saurais voir !

Par Astier Valentin.



Un titre violent pour une vérité sociale violente. Mais pourquoi tant d'agressivité ? Depuis 20 ans, les dispositifs anti-sans-abri ont pris une ampleur dangereuse. Retour sur les « astuces » pour éloigner les personnes à la rue de l'espace public.




Dans les années 60, des politiques de prévention urbaine ont été instaurées aux Etats-Unis avec pour objectif de réduire les actes d'incivilités. Un courant de pensée venant tout droit de Chicago, théorisait l'idée que si il y avait un acte criminel, il y avait également un contexte qui l'a peut-être influencé.

Depuis 40 ans, les gouvernements français successifs se sont inspirés de cette pensée, mais l'ont réduite seulement à la transformation de l'environnement. Des dispositifs se nommant « prévention situationnelle » qui consiste à construire un environnement plus sûr pour réduire le sentiment d'insécurité.

Aujourd'hui, ces politiques n'ont plus pour viseur, la délinquance seulement, mais aussi les populations toxicomanes et les sans abri. C'est sous le mandat de Valery Giscard d’Estaing que le début de la prévention situationnelle commence. Elle sera amplifiée sous Mitterrand. Aujourd'hui, nombre de ces dispositifs ne sont plus appliqués pour préserver la sécurité mais pour occulter la pauvreté, la misère et la marginalisation.
 
Pour les toxicomanes par exemple, la SNCF de Marseille avait pour projet de mettre en place un éclairage bleu pour les empêcher de trouver leurs veines et se piquer.
 
Les sans-domiciles fixes font ainsi parti des premières victimes. D'ailleurs, certaines villes ne s'en cachent plus, appliquant de plus en plus d'arrêtés anti-mendicité.
 



En 2014 à Saint-Ouen, un bailleur social distribuait un tract dans lequel il menaçait les locataires d'expulsion, s'ils permettaient à certains sans abris de dormir dans le hall de l'immeuble, ou encore s'ils leur offraient de la nourriture.

Dans le métro Parisien, on peut voir apparaître des bancs inclinés, des pics en metal ou même de puissantes lumières éloignant les SDF hors des stations. Selon L'association Survival Group les Mairies jouent sur l’esthétique pour camoufler leur dispositif anti-sans abri.
 
À Argenteuil, les employés municipaux les repoussent avec des répulsifs nauséabonds. Des produits que l'on utilise sur les insectes, notamment pour faire fuir les mouches et les moustiques.
 



Dans les environs  d’Angoulême, des grillages ont été installés autour des bancs. Au total, neuf ont été grillagés au centre-ville à la veille de Noël.
 
Je pourrais continuer encore longtemps comme cela. Des milliers de dispositifs anti-sans abris installés depuis plusieurs décennies.

Pour terminer, il est bon de savoir que la mendicité n'est plus considérée comme un délit depuis 1994. Auparavant, elle était passible d’une peine de prison. Aujourd'hui, elle est autorisée à condition qu'elle ne porte pas atteinte à l’ordre public. 
 
Astier Valentin
 







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Mercredi 9 Août 2017 - 14:03 Le bon et le mauvais réfugié

Samedi 5 Août 2017 - 18:29 Neymar, un salaire indécent ?










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : De retour très vite.. 😉 https://t.co/7rpds7tcke
Mercredi 16 Août - 19:37
Les répliques : Le conseil du jour vous est proposé par @lepenjm @BCY1 https://t.co/PPOJ2CX5In
Mercredi 16 Août - 15:23
Les répliques : "Je ne suis pas raciste mais..." @LucLaccassagne https://t.co/u1AeNcYdeV
Mercredi 16 Août - 09:01
Les répliques : Des migrants finissent leur périple méditerranéen sur une plage en Espagne @iamroxanepope https://t.co/tVgnYSOIQ5
Mardi 15 Août - 16:04




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.