Vendredi 25 Novembre 2016

Douce France : rafles, rétentions, expulsions



« Nous n’ignorons pas les existences et les espoirs ruinés de ceux qui sont raflés, placés en centre de rétention, puis forcés d’embarquer dans des avions ou des navires à destination de leur pays d’origine. Telle est la situation qui nous porte à écrire, telle est la raison d’être de ce livre : témoigner, penser, résister, autant que faire se peut. “En certaines circonstances, écrivait David Rousset, la vérité impose que l’on se dresse contre sa classe, contre son parti, contre son État.” Nous y sommes. » (in Introduction d’Olivier Le Cour Grandmaison, directeur de l’ouvrage).Livre militant, publié en partenariat avec le Réseau Éducation Sans Frontières (RESF), Douce France explore de façon méthodique et pluridisciplinaire la politique migratoire menée par les ministres Hortefeux puis Besson sous l’égide de Nicolas Sarkozy. Approches historique, sociologique, psychanalytique et juridique, se répondent ici pour dresser le sombre tableau d’une politique qui fait honte à notre pays, à son histoire, à ce qu’il prétend être.  

Avec des textes d’Olivier Le Cour Grandmaison, professeur de philosophie et des sciences politiques à l’Université d’Evry-Val d’Essonne, Marc Bernardot, professeur de sociologie à l’université du Havre, Alain Brossat, professeur de philosophie à l’université de Paris VIII, Armando Cote, psychanalyste clinicien, Jérôme Valluy, maître de conférences à l’université Panthéon-Sorbonne, Nicolas Ferran, permanent de la Cimade, Serge Slama, maître de conférences en droit public à l’université d’Evry-Val-d’Essonne, Serge Portelli, magistrat, Olivier Lecucq, professeur de droit public à l’Université de Pau et des pays de l’Adour, Claire Rodier, juriste, chargée d’étude au Groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti.), ainsi qu’une vingtaine de témoignages de clandestins.

Pour vous le procurer cliquez le lien ci-dessous :
 
 

Les répliques







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Vendredi 26 Mai 2017 - 11:10 Rester fort

Jeudi 25 Mai 2017 - 10:34 Quelle sorte de créature sommes-nous ?

Lundi 22 Mai 2017 - 12:20 Nous (aussi) sommes la nation










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : La Sécurité sociale selon @annebourdu vice-présidente du Parti Libéral Démocrate @Vaalentiineee https://t.co/0PNEkCAPF0
Mardi 24 Octobre - 13:06
Les répliques : Selon @EmmanuelMacron le harcèlement sex c'est dans les "quartiers les plus difficiles" avait-il déclaré dans le Gr… https://t.co/j57w6Oy09q
Mardi 24 Octobre - 10:22
Les répliques : Le témoignage du chanteur Michel Sardou sur son expérience twitter @HugoTravers https://t.co/b3lFZTvLEn
Mardi 24 Octobre - 09:36
Les répliques : Lorsque @GiovannaValls soeur de @manuelvalls lui répond directement sur twitter au sujet de l'Espagne et la Catalog… https://t.co/6VkmBaPX2e
Mardi 24 Octobre - 08:09




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.