Mercredi 31 Mai 2017

Des murs entre les hommes

De Alexandra Novosseloff et Frank Neisse.



Presque vingt ans après la chute du mur de Berlin, de nombreux murs subsistent et séparent encore les peuples, tandis que d'autres se construisent. Ces murs « en activité » sont le signe tangible de la permanence de tensions à l'actualité souvent brûlante et de conflits inextricables gelés par l'histoire. Au gré d'un périple autour du monde de deux ans qui les a menés de Tijuana à Belfast en passant par le Cachemire, les auteurs sont allés à la rencontre des peuples vivant auprès de ces murs pour mieux comprendre de quoi était faite leur existence. Ils en ont rapporté un récit, riche en anecdotes et observations, qui allie le ton alerte du carnet de voyage au recul d'un essai de géopolitique. Ils ont réalisé en même temps un reportage photographique inédit et insolite. De cette belle aventure est né cet ouvrage particulier qui permettra au lecteur de mieux saisir la réalité brute des huit murs choisis. Les blocs de béton et autres barbelés révèlent ainsi au détour d'une page, la beauté particulière d'une fresque ou d'un dessin pleins d'espoir et d'humour.

Destiné à tous, mais particulièrement aux amateurs de récits de voyages et de beaux livres, cet ouvrage est préfacé par Jean-Christophe Rufin, prix Goncourt 2001 pour Rouge Brésil et actuel ambassadeur de France au Sénégal. Alexandra Novosseloff est docteur en Science politique, chercheur-associé au Centre Thucydide de l'Université Paris-Panthéon-Assas (Paris 2) et collabore régulièrement à Questions internationales. Frank Neisse est conseiller politique au Kosovo. Ils ont réalisé l'ensemble des photographies de l'ouvrage.

Sommaire - LA ZONE DEMILITARISEE ENTRE LES DEUX COREES Un mur-frontière hors du temps - LA LIGNE VERTE A CHYPRE Une division en Europe - LES "PEACELINES" DE BELFAST Des murs dans la ville - LE "BERM" DU SAHARA OCCIDENTAL Les murs de sable du désert sahraoui - LE MUR-FRONTIERE ENTRE LES ETATS-UNIS ET LE MEXIQUE Un mur entre richesse et pauvreté - LES BARBELES DE MELILLA A CEUTA Les enclaves espagnoles emmurées au Maroc - LA BARRIERE ELECTRIFIEE AU CACHEMIRE La Ligne de contrôle de l'Inde au Pakistan - LE MUR EN PALESTINE De la protection à la séparation.

Si vous souhaitez vous le procurer cliquez sur le lien ci-dessous :


 


Les répliques
 







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Vendredi 19 Mai 2017 - 11:48 Comprendre le monde

Mercredi 17 Mai 2017 - 08:56 Passeur










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : De retour très vite.. 😉 https://t.co/7rpds7tcke
Mercredi 16 Août - 19:37
Les répliques : Le conseil du jour vous est proposé par @lepenjm @BCY1 https://t.co/PPOJ2CX5In
Mercredi 16 Août - 15:23
Les répliques : "Je ne suis pas raciste mais..." @LucLaccassagne https://t.co/u1AeNcYdeV
Mercredi 16 Août - 09:01
Les répliques : Des migrants finissent leur périple méditerranéen sur une plage en Espagne @iamroxanepope https://t.co/tVgnYSOIQ5
Mardi 15 Août - 16:04




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.