Menu
Mercredi 11 Janvier 2017

DSK – Nous n’avons décidément rien appris

Par Marie Allibert.



Dimanche 8 janvier, en prime time sur le service public, a été diffusé un documentaire sur Dominique Strauss-Kahn, son parcours et sa chute. Un documentaire, ou plutôt un panégyrique faisant de cet agresseur sexuel en série un personnage mythique au destin brisé. Dès le début, le ton est donné : les femmes sont à la fois présentées comme celles qui lui ont permis de réussir et celles qui ont causé sa chute. Oui, je dis bien “causé”, comme si elles étaient responsables des crimes dont cet homme a été accusé à plusieurs reprises.
Dominique Strauss-Kahn
Dominique Strauss-Kahn

 

Sarah Briand et Jean-Baptiste Arnaud ont commis un film qui présente ad nauseam Strauss-Kahn comme un immense talent politique gâché par quelques “affaires embarrassantes”. Un propos allègrement étayé de témoignages tous plus complaisants les uns que les autres de la part de journalistes, d’hommes et femmes politiques et d’ami-e-s, qui évoquent sans sourciller les fameux “comportements lourdingues”, la “drague insistante” ou encore les “écarts” de cet homme.
 

N’a-t-on vraiment rien appris depuis 2011 ? Les médias, les hommes politiques, les commentateurs de tout bord n’ont-ils rien écouté et rien retenu des récentes “affaires” de harcèlement et d’agressions sexuelles commises par des hommes puissants ?
 

Depuis 2011, plusieurs événements ont mis en lumière des cas de harceleurs et agresseurs jouissant de la plus totale impunité. Des femmes ont dénoncé ce qu’elles subissent au quotidien : les agissements de Denis Baupin, le harcèlement répété dans tous les milieux, qu’elles soient collaboratrices parlementaires (Chair Collaboratrice), avocates (Paye ta robe) ou journalistes (Paye ton journal). On ne pourra pas dire que tout est encore de la faute des femmes qui n’ont pas osé parler !
 

Et pourtant, dans ce documentaire diffusé début 2017, on retrouve tous les arguments de défense les plus abjects des agresseurs. Aucune empathie pour les victimes. Pas un mot, rien.
 

Cela commence par l’ami qui présente Strauss-Kahn comme un homme qui était tellement sérieux à l’adolescence qu’il n’a pas pu en profiter. Et donc, nous explique cet ami, “il se rattrape lorsqu’il s’aperçoit qu’il plaît aux femmes et qu’il peut en abuser”. En abuser, le premier euphémisme est lâché. Ce festival de vocabulaire déculpabilisant, euphémisant, indulgent à l’extrême se poursuit durant tout le reportage : des “affaires”, un “écart”, un “dragueur”, etc.
 

Des mots bienveillants utilisés par les ami-e-s de Strauss-Kahn pour attester de son irréprochabilité. Une ex-maîtresse, parfait alibi pour créer de la confusion dans l’esprit du téléspectateur/trice, vole ainsi au secours du pauvre homme à l’appétit sexuel débordant et annonce de but en blanc “je n’ai pas connu un Dominique violeur”. Mais on ne pense jamais connaître un violeur, jusqu’à ce qu’il nous viole ! Personne ne pense que son frère, son ami, son père est un violeur. Et pourtant, avec 84 000 femmes majeures victimes de viols ou tentatives de viols par an, il faut bien qu’il y en ait, des violeurs !
 

Le poids des mots est énorme dans un documentaire comme celui-ci, car les mots qualifient des actes et justifient des décisions de justice. Ainsi, est évoqué le “harcèlement” dont Tristane Banon aurait été victime de la part de Strauss-Kahn. Ce n’est pourtant pas pour harcèlement qu’elle a porté plainte, mais pour viol. Un crime, donc. De même, la voix off explique qu’il a été accusé par une collaboratrice au FMI de l’avoir “contrainte à une relation sexuelle”. En droit français, cela s’appelle un viol.
 

Les mots choisis, tout au long du documentaire, entretiennent délibérément la confusion entre liberté sexuelle et violence sexuelle. C’est grave, très grave ; c’est une confusion indigne, une gifle à toutes les femmes victimes de violences sexuelles. Prétendre que les victimes étaient consentantes est le plus vieil argument des agresseurs pour discréditer les victimes. Les accusations pesant sur Strauss-Kahn sont présentées comme un jugement moral sur son soi-disant libertinage, sa liberté sexuelle, ses adultères. Rappelons donc, puisque cela semble encore nécessaire, que les accusations de plusieurs femmes contre cet homme relèvent du pénal et non du moral. Elles ne relèvent pas de la vie privée mais de la cour d’assises.


Tout le monde, dans ce film, semble éberlué qu’un homme accusé de viol soit mis en prison et jugé. Rien d’étonnant à cela quand on sait que seul 1% des violeurs est condamné… Les manifestations d’empathie vis-à-vis de l’agresseur, présenté comme une victime, égrènent le documentaire : DSK “très atteint et extrêmement déprimé”, victime d’“une extrême violence”, en proie à une “extrême souffrance”.
 

L’apothéose de cette inversion de la culpabilité intervient lorsqu’un des témoins du film explique que Strauss-Kahn est victime d’acharnement judiciaire parce qu’il est un “homme blanc puissant” accusé par une “femme noire pauvre”… Comme si les femmes racisées, pauvres, victimes de toutes les oppressions et toutes les discriminations, étaient en mesure d’engager un rapport de force favorable avec le patron du FMI !
 

Mal nommer les agressions, créer de l’empathie avec les coupables et mettre les victimes en responsabilité voire en accusation : autant de procédés qui entretiennent la stratégie des agresseurs. Osez le féminisme ! a, encore récemment, dénoncé l’impunité avec sa campagne Stop Agresseurs. Mais les associations ne peuvent porter ce combat seules. Les médias ont une responsabilité, les femmes et hommes politiques aussi : cessez de présenter Strauss-Kahn comme un homme providentiel déchu, c’est pathétique. Cela discrédite la classe politique et ajoute aux traumatismes de toutes les femmes qui ont déjà été victimes de violences.
 

Vers la fin du reportage, on entend cette phrase insupportable prêtée à Strauss-Kahn : “J’ai vécu des choses violentes et j’ai beaucoup perdu”. Dominique Strauss-Kahn a beaucoup, beaucoup moins perdu que toutes les femmes aux vies brisées, victimes de violences de la part d’hommes puissants qui restent dans l’impunité la plus totale.

Marie Allibert
osezlefeminisme.fr







1.Posté par Raphaël MONNIER le 12/01/2017 01:04

Le protagoniste d'un sittcom Dominique ! Un gâchis c'est certain, mais avant tout, un criminel de droit commun...comme tant d' autres!
Tous les hommes politiques se devraient de produire avant les échéances électorales, un extrait de casier judiciaire vierge, comme n'importe quel citoyen lambda qui se présent à un concours de la fonction publique... Je n'ose même pas présenter le pourcentage d'élus de tous bords, du conseiller municipal aux députés et sénateurs qui ne peuvent se targuer d'un tel document sans crainte. Edifiant !!! Mais que les Sarkozy, Balkany, Thevenoud, Cahusac, Dassault, ainsi que tous les autres car il me faudrait une page voire deux se rassurent : ces castes se protègent entre entre elles. Et même sous le couvert des possibilités que leur offrent leurs fonctions,(plurielles parce que cumul), ces gens là s'octroient des indemnités supplémentaires comme la prime de fin d'année de nos sénateurs de 8000 € par tête! Sans plus de justificatifs, leur avenir est déjà une imposture, par exemple, 5 ans d'exercice à l'assemblée nationale pour un député lui offre une retraite permanent de plus de 1000 € mensuels...Chers lecteurs, ne tombez pas malades si vous connaissez des personnes qui après 40 ans et plus de travail acharné n'atteignent pas ces montants! Et puis le coup de grâce, la loi El Khomri : je précise tout de suite pour éviter une mauvaise interprétation que je me considère comme un "bougnoule" catégoriell de mon 'échelon social : Donc, c'est une loi d'un nom de "bougnoule", faite pour les "bougnoules" que nous sommes, et qui va en,core mieux exploiter ces mêmes "bougnoules" !!! Certains y retrouveront peut être une métaphore d' une pub des années 1980 de Canada Dry. Bref, l'avenir, s'il n'est ni rose, ni vert, ni blanc, ni rouge, il sera comment SVP ?

Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Samedi 7 Janvier 2017 - 14:24 Pauvreté et cynisme


Inscription à la newsletter





Les derniers tweets
Les répliques : Roman Polanski est le prochain président de la 42ème cérémonie de @Les_Cesar , le hashtag #BoycottCesar lancé… https://t.co/aVV6wPltD7
Jeudi 19 Janvier - 10:42
Les répliques : Condamnation pour le jeune homme qui a giflé @manuelvalls mardi dernier @pluginsplug #VallsGifle https://t.co/HD1TerDc2I
Jeudi 19 Janvier - 09:33
Les répliques : Selon la ministre de la culture @AAzoulay la France est une terre d'accueil pour les artistes @olivieralfonsi https://t.co/naNfn56twB
Mercredi 18 Janvier - 23:15
Les répliques : A quelques jours de la fin de son mandat présidentiel, Barack Obama continue sa course aux mesures environnementale… https://t.co/9ZhbELl6gz
Mercredi 18 Janvier - 09:10
Les répliques : #SDF / #migrants : la présidente du @FN_officiel @MLP_officiel est "révulsée" sur @RTLFrance https://t.co/rYxkxVRfdL
Mardi 17 Janvier - 11:54
Les répliques : #GrandFroid et économies d'énergie : @RoyalSegolene prodigue quelques conseils aux ménages @cryhavoc76… https://t.co/RaYGvu5pFI
Mardi 17 Janvier - 09:10
Les répliques : "Pendant ce temps, un jeune homme est condamné à trois mois ferme à Toulouse pour avoir volé un fromage" https://t.co/qB09j202In
Lundi 16 Janvier - 21:52
Les répliques : Le réchauffement climatique selon @lepenjm https://t.co/6zZ0LXItp3
Lundi 16 Janvier - 21:49

Rejoignez-vous sur Facebook


Article populaire

A Tourcoing, humiliations, racisme et harcèlement : la vie, la vraie d'employés d’Auchan City

Par Leïla Khouiel.

A Tourcoing, dans le Nord, l’histoire d’une caissière d’Auchan City qui a fait une fausse couche à son poste met en lumière les conditions de travail et les méthodes de management peu enviables de l’entreprise. Entre humiliations, remarques racistes et harcèlement, plusieurs employés livrent leur témoignage au Bondy Blog.
A Tourcoing, humiliations, racisme et harcèlement : la vie, la vraie d'employés d’Auchan City

 

Son histoire a fait le tour des médias. Fadila*, 23 ans, est encore sous le choc. Le 22 novembre, elle fait une fausse couche sur son lieu de travail, le supermarché Auchan City de Tourcoing, commune de la banlieue lilloise. Elle raconte, les larmes aux yeux et avec une petite voix, cette “journée horrible”. Son contrat de professionnalisation d’hôtesse de caisse de six mois débute le 2 novembre dernier. Quelques jours plus tard, lorsqu’elle apprend qu’elle est enceinte de deux mois, elle en informe sa direction à qui elle demande des aménagements d’horaires et des autorisations supplémentaires de se rendre aux toilettes. Elle essuie un refus de son manager, Wendy B. “Alors, j’avalais mon vomi pendant le travail. Je me sentais mal : nausées, maux de tête, mal au ventre. Quand je rentrais chez moi, je vomissais, je ne mangeais plus”, rapporte la jeune Italienne d’origine marocaine.