Mardi 16 Mai 2017

Calais mon amour

De Béatrice Huret et Catherine Siguret.



Un homme et une femme que tout sépare. La jungle va les rapprocher.
 
Béatrice n’aurait jamais dû s’aventurer sur les chemins de la jungle de Calais  : veuve d’un mari policier et sympathisant FN, elle vit avec son fils et sa mère dans la campagne environnante. Une existence tranquille loin de cette jungle, où s’entassent 9  000 personnes. Un soir en sortant du travail, Béatrice prend en stop un adolescent migrant qui lui demande de l’y déposer. Là, elle voit des enfants jouer dans la boue dans des conditions indignes.

Sa vie bascule. Elle devient bénévole occasionnelle. Deux ans plus tard, un groupe d’Iraniens se coud la bouche pour dénoncer leurs conditions de vie. Parmi eux, Mokhtar, enseignant dans son pays, arrivé en Europe après avoir traversé la Méditerranée sur une embarcation de fortune. Leurs regards se croisent. C’est le coup de foudre. Mais Mokhtar n’a qu’un rêve en tête  : gagner l’Angleterre… C’est le début d’une aventure humaine, amoureuse et judiciaire à laquelle rien ne la préparait.
 
Par amour, elle va abandonner ses préjugés, déplacer des montagnes, s’opposer à des lois absurdes. Il va lui apprendre le courage et la dignité. Calais mon amour est un hymne à la tolérance, un témoignage bouleversant, un livre universel.

Si vous souhaitez vous le procurer cliquez sur le lien ci-dessous :
 

 

Les répliques
 







Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >

Vendredi 26 Mai 2017 - 11:10 Rester fort

Jeudi 25 Mai 2017 - 10:34 Quelle sorte de créature sommes-nous ?

Lundi 22 Mai 2017 - 12:20 Nous (aussi) sommes la nation










Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : Le lien ↗️ immigration et viols selon @nicolasbayfn vice président du @FN_officiel, c'est "évident" https://t.co/6CfiWsIAX2
Mercredi 18 Octobre - 20:14
Les répliques : .@BrunoLeMaire revendique "haut et fort" les allégements fiscaux en particulier pour les 1000 premiers contributeur… https://t.co/OvYCiSWe4L
Mercredi 18 Octobre - 17:15
Les répliques : Un cadre supérieur du magazine @Valeurs aurait détourné "entre 5 et 7 millions d'euros" @gblardone https://t.co/FH2KsviZg7
Mercredi 18 Octobre - 08:59
Les répliques : Selon @PierreGattaz il faut être sûr que les chômeurs recherchent bien du travail et évoque "le contrôle journalier… https://t.co/5984YEquTK
Mercredi 18 Octobre - 08:33




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.