Mercredi 29 Juin 2016

Aïda Touihri : "Je ne suis pas Charlie"



Sur le plateau du Grand 8 Aïda Touihri réagit aux caricatures de Charlie Hebdo sur le petit Aylan mort sur une plage Turque fuyant la guerre en Syrie. 






Nouveau commentaire :


DANS LA MÊME RUBRIQUE NOUS VOUS RECOMMANDONS :
< >









Rejoignez-vous sur Facebook




Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : De retour très vite.. 😉 https://t.co/7rpds7tcke
Mercredi 16 Août - 19:37
Les répliques : Le conseil du jour vous est proposé par @lepenjm @BCY1 https://t.co/PPOJ2CX5In
Mercredi 16 Août - 15:23
Les répliques : "Je ne suis pas raciste mais..." @LucLaccassagne https://t.co/u1AeNcYdeV
Mercredi 16 Août - 09:01
Les répliques : Des migrants finissent leur périple méditerranéen sur une plage en Espagne @iamroxanepope https://t.co/tVgnYSOIQ5
Mardi 15 Août - 16:04




Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Jn Brandon.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.