Inscription à la newsletter




Les derniers tweets
Les répliques : "Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots." Jean Jaures. https://t.co/QUflw97OAA
Vendredi 28 Avril - 21:13
Les répliques : Dans notre rubrique 'À lire' nous vous (re) conseillons vivement Pilleurs d'État de @philipepascot https://t.co/4pAbPd0z7b
Vendredi 28 Avril - 18:53
Les répliques : #Presidentielle2017 : @EmmanuelMacron en visite à #OradourSurGlane @EricNaulleau https://t.co/9ZHDIsO472
Vendredi 28 Avril - 17:36
Les répliques : "Un dîner en famille" dessin signé Caran d'Ache et détourné, via notre partenaire @_thesocialface… https://t.co/IYngZye5Zv
Vendredi 28 Avril - 13:40

Rejoignez-vous sur Facebook


Article populaire

« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

Par Brandon Joannin.

Nous vivons aujourd’hui la sixième extinction de masse et sommes entrés dans une crise écologique et sociale sans précédent. L’effondrement de la civilisation est proche mais pourtant largement ignorée par les grandes instances. Les études faites à ce sujet ont montré que la démographie, le climat, l'eau, l'agriculture et l'énergie sont les facteurs responsables à la fois de la stabilité de notre civilisation mais aussi de son effondrement.
« A force de sacrifier l'essentiel pour l'urgent, on finit par oublier l'urgence de l'essentiel » Edgar Morin

 

L’écologie a toujours été prisonnière des stéréotypes véhiculées par la société capitaliste qui préfère protéger ses intérêts au détriment de la Planète. A l’approche des élections présidentielles, la question de l’environnement semble largement être ignorée ou abordée de manière timide.


On estime que d’ici 2048 il n’y aura presque plus d’espèces de poissons ou de fruits de mer à consommer. D’ici 2050, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans et 52% des animaux sauvages ont déjà disparu en seulement quelques décennies. Toutes les 7 secondes, 1.350 m2 de surface de la forêt Amazonienne disparaissent et la responsabilité de l’élevage (bovin en particulier) dans sa déforestation serait de 80 %.